Déclarer un jeune conducteur à son assurance

Lorsqu’un jeune obtient récemment son permis, il n’est pas toujours évident de savoir si on doit le déclarer comme second conducteur, conducteur principal ou occasionnel. En effet, signifier une personne qui obtient un permis en tant que conducteur principal coûte plus cher. Voici ce qu’il faut savoir lorsqu’on doit déclarer un jeune automobiliste à son assureur.

Pourquoi déclarer un jeune chauffeur à sa compagnie d’assurance ?

Les assureurs hésitent souvent à couvrir un adolescent qui a depuis peu de temps son permis. De plus, l’absence de bonus et le risque supplémentaire à payer font régulièrement augmenter le montant de la garantie. La solution la plus économique pour couvrir ce nouveau conducteur et l’autoriser à conduire sereinement est de l’inscrire sur son contrat de protection en tant que conducteur secondaire.

Déclarer un chauffeur novice sur son contrat d’assurance coûte quelques euros supplémentaires par mois. Par contre en cas de sinistre, la voiture du parent se trouve malussée. Malgré ce détail, le passé du chauffeur reste vierge. Cela lui permet d’obtenir rapidement une assurance au bout de 3 ans de permis probatoire ou 2 ans dans le cas d’un permis obtenu à la suite d’une conduite accompagnée.

Les parents qui décident de ne pas déclarer un jeune conducteur à leur compagnie d’assurance risquent de payer une franchise plus importante lors d’un accident. La non-déclaration d’un jeune automobiliste rend le chauffeur novice conducteur occasionnel. Bien que cette solution permet d’économiser sur le surplus mensuel, en cas d’accident le montant de la franchise serait beaucoup plus important. Cette situation est risquée, car l’assureur peut rompre le contrat ou ne pas indemniser un sinistre lorsqu’il découvre que le conducteur occasionnel utilise la voiture régulièrement.

Trouver une bonne Mutuelle

Modèle de lettre pour déclarer un jeune conducteur à un assureur

Quand un jeune conducteur utilise régulièrement sa voiture, l’assuré doit avertir l’assureur afin qu’il puisse modifier le contrat en conséquence en ajoutant par exemple une sensible augmentation de cotisations. L’augmentation est due en raison des risques de sinistres liés à la conduite d’un conducteur débutant. Voici un exemple de missive relative à la déclaration d’un jeune conducteur.

Nom Prénom expéditeur
N° Rue
CP Ville

Nom Prénom destinataire
N° Rue
CP Ville

Objet : déclaration d’un jeune conducteur

Titulaire du contrat d’assurance automobile n° [indiquer le numéro], je vous informe qu’à partir du [date], le jeune conducteur [prénom et nom] sera utilisateur régulier de mon véhicule [marque de l’auto] immatriculé [n° d’immatriculation], et assuré par vos soins.
Âgés de […] ans, [Prénom Nom] a obtenu son permis n° […] le [date].
Je vous remercie de bien vouloir m’adresser une proposition chiffrée d’avenant à mon contrat, intégrant la responsabilité de ce jeune conducteur ainsi que les dommages qu’il pourrait causer au véhicule.
Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.

Declarer un jeune conducteur

Declarer un jeune conducteur

Bonus et malus appliqués à l’enfant conducteur

En déclarant un jeune conducteur, il ne bénéficie pas automatiquement des bonus accumulés par les parents durant les nombreuses années de conduite. À compter de la date d’inscription, les bonus ou  éventuels malus du conducteur principal et secondaire impactent sur le contrat d’assurance. Cette solution permet à l’apprenti conducteur de cumuler un premier capital de bonus auto auprès de la compagnie d’assurance valable pendant 1 ou 2 ans. L’historique de l’assureur obtenu en consultant le relevé d’information permet à la compagnie d’assurance de réduire la surprime jeune conducteur lorsque l’automobiliste secondaire souhaite acquérir sa propre voiture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.